Parcourir sa route et rencontrer des merveilles, voilà le grand thème — spécialement le tien.
Cesare Pavese, Le métier de vivre

travailler

Isabella

Je suis née à Paris, rue des Dames, dans le 17ème.
Emotion : La main de mon père qui me donne l'allégresse, la fantaisie, la force. Nous avancions en sautillant d'un pied sur l'autre pour aller à la crèche-pilote.
Une pensée liée à l'appartement : mon père fait de la crème chantilly et j'attends qu'elle soit dégustable, c'est-à-dire un temps long...
Images : le Prisunic de la rue Lévis, rempli de jouets pour Noël et le devoir de choisir...

Zaïtoune

Je suis née à Anjouan, aux Comores.
Je recherche un poste dans le domaine juridique.
Pour moi le travail c'est d'abord l'épanouissement de la personne, un moyen de gagner ma vie et assurer mon indépendance.

Lilia

Je suis née à Azazga, une ville qui se trouve dans la grande Kabylie, en Algérie.
L'image qui me vient et celle qui me renvoie toujours à mon lieu de naissance, c'est celle des belles montagnes de Djurdjura.
Sur mon chemin, j'ai appris à apprendre et essayer toujours de comprendre la vie et de vivre à ma manière.

Sarah

Je suis assistante à maîtrise d'ouvrage. Ce métier consiste à participer à la conception d'un système d'information au sein d'une entreprise.
Je suis amenée à travailler chez différents clients, souvent des clients grands comptes, ce qui veut dire : des grandes entreprises.
Le jargon diffère selon les clients et donc le secteur d'activité. Chaque mission a son jargon. Souvent quand on arrive sur une mission la première démarche est d'avaler ce jargon, le maîtriser.

Haithem

Je suis né en Tunisie mais j'ai vécu mon enfance en Italie qui avec cette crise n'est plus l'Italie. S'il n'y avait pas eu la crise en Italie, je ne serais pas venu ici.
Je suis seul ici, sans famille, sans vrais amis.
Je suis venu de Villejuif, d'un foyer de la Croix-Rouge, et sur mon chemin j'ai pensé à ma mère parce que ça fait longtemps que je ne l'ai pas entendue, je n'ai pas les moyens de téléphoner et je dois attendre d'être rémunéré par ma formation pour le faire.

Marie-Anne

Quand j’étais enfant, je voulais être professeur de travaux manuels, activité que je pratiquais dans mon école : poterie, objets en carton, tissu, feutrine, laine… Nous avions des heures d’activités manuelles et cela me plaisait beaucoup. J’ai appris à tracer les lettres avec un pinceau et de la peinture sur de longues bandes en papier accrochées au mur. Je revois la scène comme si j’y étais, elle s’est imprimée dans ma tête, à vie.

GGA

En tant que « senior », quelle est ma place dans le tissu économique d'aujourd'hui?
Ce tissu est aujourd'hui marqué par l'évolution fulgurante des technologies (logiciels informatiques), la juniorisation des effectifs, surtout dans les grandes entreprises, la prédominance d'un management plus gestionnaire que relationnel, l'accélération d'exigences et contraintes sans contrepartie sous couvert de la crise.
Et dans ce contexte, aux yeux de l'entreprise, le« senior » coûte trop cher. Il s'adapte moins vite donc est moins productif. De plus, il est moins maniable car il ne s'en laisse pas conter.

Dany

Je suis né à Dakar et ma famille, ma culture s'attachent à mon lieu de naissance.
Je viens de Pantin.
Sur mon chemin j'ai éprouvé de la peine envers une personne proche de moi.

François

Je suis né au Brésil, j'ai été adopté à 8 mois donc il ne me reste pas vraiment d'images précises de mon pays de naissance. C'est un peu un lieu de rêve pour moi.
Je viens de Lille, c'est là où j'ai grandi avec ma famille adoptive et mes amis d'enfance.

Clarisse

Pour moi le travail c'est l'opportunité d'exprimer et de partager ce que nous sommes. J'ai toujours vu mon futur métier comme un des moyens qui me permettrait de m'accomplir dans cette vie.
Je ne peux en effet concevoir de passer 35 heures à effectuer des tâches qui nous ennuient, nous frustrent, nous dévalorisent. Car les conséquences d'un mal-être au travail sont trop importantes sur notre bien-être quotidien.
J'ai longtemps orienté mes études en fonction de ce que m'ont inculqué mes parents, leurs espoirs, leurs rêves inachevés.

Pages