Parcourir sa route et rencontrer des merveilles, voilà le grand thème — spécialement le tien.
Cesare Pavese, Le métier de vivre

Généalogie technologique du métier ou Métiers et nouvelles technologies

Je travaille à la Cité des sciences et de l’industrie depuis 1990. J’ai fait des études de psychologie sociale. J’ai travaillé dans la formation pour adultes en « indépendante » mais j’avais envie de rejoindre une équipe. Un jour en allant voir une amie à la Cité, j’ai appris qu’il cherchait quelqu’un pour un remplacement de congés maternité. Sur place j’ai eu un entretien avec la directrice du département de l’accueil qui cherchait une responsable de l’information. Le travail consistait à informer toute l’équipe d’accueil de la programmation de la Cité. Tous les jours un briefing matinal était organisé. À cette époque, il n’y avait pas encore d’ordinateur sur les bureaux donc tout se faisait manuellement. La diffusion des informations s’effectuait en se promenant dans la Cité et en distribuant des documents papiers. À cette époque, on ne parlait pas de « communication », aucun outil n’était vraiment en place pour récolter et hiérarchiser les infos. À cette époque, la principale qualité requise était le sens du contact, indispensable pour aller à la pêche aux informations et piloter l’équipe des agents d’accueil, alors très nombreux, souvent d’horizons différents et pas toujours faciles à capter. Je me sentais à l’aise et très attirée par la rencontre des chargés d’événements et d’expositions au sein de la Cité. Animer les briefings était également un aspect du travail qui me plaisait. J’intégrais une équipe dynamique, très motivée, dans un établissement jeune et en pleine évolution. On sentait l’enthousiasme du personnel, la solidarité, l’échange, tout était à faire, à réinventer et l’ambiance était détendue même si on était débordé de travail. Si on ne connaît pas la Cité il faut rappeler que c’est très grand, tout le monde est dispersé et il faut avant tout de bonnes chaussures pour aller rencontrer les différentes personnes et obtenir les informations. Je devais donc me déplacer, expliquer ma démarche, l’importance de recueillir des informations sur notre programmation quotidienne, de travailler sur la qualité de l’accueil de notre public. Je devais rendre systématique pour chacun cette nécessité de me donner les infos, cela devait devenir un réflexe.

J’ai été dessinateur industriel pendant dix ans au sein de bureaux d’études mécaniques de taille plutôt modeste. Dans la mécanique automobile principalement, mais aussi occasionnellement pour des architectes. C’était les années quatre-vingt-dix : les ordinateurs personnels, les fameux PC, sont arrivés progressivement. Vingt ans après, ils sont en passe d’être remplacés, chez les particuliers tout au moins, par les tablettes. S’agit-il d’une nouvelle page qui s’ouvre dans l’histoire du rapport que l’homme entretient avec le monde par l’intermédiaire de la technique ?