Parcourir sa route et rencontrer des merveilles, voilà le grand thème — spécialement le tien.
Cesare Pavese, Le métier de vivre

Grégoire

Mon métier c’est vendeur alors je connais un peu ce métier mais je ne l’exerce plus.

C’est un métier qui est d’abord et surtout un métier de contacts et qui demande une bonne connaissance des produits.

Vendre demande une certaine sensibilité, je veux dire qu’il faut aimer dialoguer avec les autres et être curieux, aimer les produits. Pour vendre, il est nécessaire de s’intéresser à son client : pourquoi le client est-il entré dans ce magasin et pas dans un autre ? Qu’est-ce qu’il vient chercher là ? A-t-il besoin d’aide ?

L’important aussi dans la vente, c’est de savoir bien accueillir le client, lui dire bonjour, lui demander s’il a besoin d’aide. Il est important que le client ne se sente pas seul dans le magasin parce qu’un client a besoin d’être conseillé.

À mon avis, vendre c’est s’intéresser à son client, faire connaissance avec lui, lui être sympathique, avoir de l’humour. Il faut faire tout cela parce qu’un client qui entre dans un magasin avec le souhait d’acheter un produit a besoin d’être dans une ambiance détendue. En effet, un client qui entre dans un magasin est souvent nerveux, soucieux, il ne sait pas quoi acheter.

C’est parce que j’aime bien les contacts avec les autres que j’aime ce métier et sans doute aussi parce que j’aime bien aider les autres.

Si le client cherche un lave-vaisselle, je vais lui poser des questions, cela s’appelle la découverte des besoins. Je vais lui demander s’il a déjà un lave-vaisselle et de quelle marque ? Ensuite je vais lui demander combien d’utilisateurs ils sont, pour savoir s’il lui faut un petit ou un grand lave-vaisselle. En fait, je vais lui poser toute une série de questions pour bien comprendre ce que le client veut vraiment. Ensuite seulement, je lui ferai la démonstration du produit. J’aime faire la démonstration du produit parce que je sais que je vais faire “rêver” le client et lui prouver en comparant deux lave-vaisselle que l’un est mieux que l’autre.

Je pourrais dire qu’un magasin c’est un peu comme un théâtre, il y a le décor : les linéaires, les gondoles promotionnelles, il y a les linéaires de produits qui sont mis en valeur pour attirer l’œil ; et puis il y a le vendeur qui, comme un acteur, va animer le rayon pour que les clients, curieux, viennent dans le rayon voir ce qui s’y passe et repartent avec l’envie de revenir parce que le vendeur les aura bien servis.

Ce que j’aime le moins dans ce métier c’est que nous avons un chiffre d’affaire à réaliser chaque jour.

Pour que le chiffre d’affaire soit bon nous devons vendre des produits bien margés. C’est sans doute inévitable mais cela génère un climat de tension et fausse les relations avec la clientèle. C’est dommage.