Parcourir sa route et rencontrer des merveilles, voilà le grand thème — spécialement le tien.
Cesare Pavese, Le métier de vivre

Vithursan

Je suis né à Saint-Denis et je ne vois pas ce qu'il y a de si merveilleux à être né là, mais je pense que c'est une chance d'être né dans un pays développé, dans le pays de l'égalité, de la fraternité et de la liberté.
Je suis venu ici en tramway et en métro et j'ai remarqué que sur cette ligne depuis la Courneuve, le contexte est très différent de ce qu'on pourrait remarquer à quelques kilomètres d'ici, dans les beaux quartiers de Paris. Prenez un bout de trottoir de la Courneuve et un bout de trottoir de Paris 16 ou 5, on voit que les gens sont différents, que ce n'est pas entretenu de la même façon... On dit que c'est le pays de l'égalité mais dans la réalité ce n'est pas vraiment ça. On n'a pas tous la même chance d'étudier, de réussir, d'avoir les mêmes diplômes.
Je suis ici pour réviser mon cours de BIA, initiation à l'aéronautique.
Je voudrais être ingénieur d'affaires internationales, un métier où l'on est en contact avec les autres, on bouge beaucoup, on est bien placé dans la société.
Pour moi le travail c'est l'accomplissement de soi, mettre en pratique ses acquis.
Ce qui me donne le sentiment d'avoir une place dans le monde c'est de transmettre mon savoir à mon prochain. Je suis allé à l'école et j'ai le devoir d'aider les plus jeunes que moi.
Tout est comme je l'imaginais, le monde a toujours été injuste donc je ne vois pas ce qu'il y a de nouveau.
J'ai appris à croire en moi, que les efforts portent leurs fruits.
J'espère que le monde sera mieux demain.
Si on ne travaillait pas on deviendrait tous égoïstes et paresseux.

Vithursan

C'est l'objet que j'ai toujours sur moi.