Parcourir sa route et rencontrer des merveilles, voilà le grand thème — spécialement le tien.
Cesare Pavese, Le métier de vivre

Suzanne

Je suis venue ici pour me renseigner sur un métier : médiatrice familiale.
Je suis venue en métro et quand je suis arrivée je me suis dit que je n'avais pas envie de travailler, il faisait trop beau, je voulais me balader pour être inspirée, l'air me ferait peut-être plus de bien qu'être enfermée ici. Mais je n'ai pas voulu dévier de mon objectif, quoiqu'il est déjà 16 heures et que je n'ai rien fait.
Pour moi il n'y a pas de travail. Je n'aime pas le mot travail. Il est rébarbatif. Je préfère le mot passion. J'aimerais transformer le mot "passion" en verbe d'action comme travailler.
J'ai choisi ce métier de médiatrice familiale pour m'apaiser, me réconcilier avec moi-même. Régler les conflits des autres me permet de régler les miens, ou peut-être est-ce l'inverse : apaisée, je peux apporter la paix aux autres. C'est un échange.
Aujourd'hui je m'emploie à discerner mes besoins fondamentaux parce que je ne les connais pas. Si je les connaissais, je pourrais être plus épanouie.
Je cherche encore ma place dans le monde. Ma place dans le monde, ce sera quand j'aurai le sentiment d'avoir apporté ma contribution... je pense à cette chanson "Vivre d'amour" de Natacha Saint-Pierre,  ma contribution serait d'arriver à vivre d'amour pour redonner autour de moi de l'espoir, du courage, du bien-être, aimer la vie.
À 42 ans je suis en train d'apprendre à vivre d'amour, par les expériences, les rencontres, je découvre que j'aime la vie, c'est nouveau. C'est un amour naissant.
Si je ne devais pas travailler, je ne vivrais que de passions.

Suzanne

Quand deux personnes s'unissent avec amour, ça donne une force qui peut soulever des montagnes.