Parcourir sa route et rencontrer des merveilles, voilà le grand thème — spécialement le tien.
Cesare Pavese, Le métier de vivre

Loren

Je suis née dans un lieu que je n'ai encore jamais vu.
Je ne m'y suis jamais arrêtée et je n'y connais personne. Là-bas, je suis personne.
À cet instant, je suis là. Assise. En train de réfléchir à ce que je vais écrire comme à l'époque, quand j'étais sur les bancs de l'école pendant mon cours de rédaction.
Sur le chemin qui m'a menée ici, dans le métro, j'ai rencontré une dame d'une quarantaine d'années qui dormait à côté de moi. Au bout de quelques minutes, elle s'est mise à ronfler et son sac qui était posé sur ses genoux a glissé. Je l'ai rattrapé d'une main ce qui l'a réveillée. Elle m'a remerciée et s'est rendormie avec son sac sur les genoux. De nouveau.
Dix minutes plus tard, j'arrive à destination :  parc de la Villette, Cité des Sciences et de l'industrie." Il fait froid dehors mais quand je pense aux sans-abris qui dorment là, je m'estime heureuse du temps qu'il fait.
J'arrive, je m'installe, je m'encombre de livres pour mes recherches et j'ouvre mon carnet pour prendre des notes : les emplois, les formations, les diplômes, le parcours à suivre pour atteindre son but.
Et là tout bascule. Je suis de nouveau dans la lune, comme à mon habitude. Je me dis que je voudrais tout arrêter, ne pas avoir à réfléchir, ne pas avoir à chercher un travail qui me prendra toute ma vie.
Tout ce que je veux faire c'est vivre. Quand je serai grande, je serai vivante.

Loren

Cette natte est une queue de dragonne. Mon amie imaginaire est une dragonne et cette mèche de cheveu montre qu'elle fait partie de moi. De plus, comme mon amie est toujours sur ma tête cela me paraît être une bonne place.