Parcourir sa route et rencontrer des merveilles, voilà le grand thème — spécialement le tien.
Cesare Pavese, Le métier de vivre

Franck

Je suis né à Melun, en Seine et Marne. C’est pour moi une ville plutôt tranquille comparée à Paris, où il n’y a pas grand chose à faire pour se divertir quand on est jeune. Je l’ai quittée après mon bac pour continuer mes études d’abord à Nanterre puis à Montrouge, et je n’y suis plus revenu autrement que ponctuellement, pour rendre visite à mon frère ou y voir une amie.
L’image qui me vient à l’esprit spontanément, c’est une vue depuis un pont qui enjambe la Seine (qui traverse la ville), et duquel on peut voir le bâtiment à la fois imposant et lugubre de la Centrale de Melun, prison où sont incarcérés de grands bandits.
J’ai exercé le métier d’éducateur spécialisé durant près de 20 ans auprès de jeunes placés en foyers, puis de jeunes handicapés moteurs, et à la fin auprès d’enfants autistes et handicapés sensoriels.
Je n’exerce plus depuis Mars 2014 et j’ai décidé de profiter de cette rupture pour faire le point sur ma carrière, mon envie de changer de métier.
Le métier d’éducateur est un métier passionnant, il m’a beaucoup apporté sur le plan relationnel. J’ai toujours aimé aider, discuter, échanger avec autrui. Etre éducateur, c’est se mettre à la hauteur de l’autre et s’enrichir de ce qu’il (elle) est. C’est aussi l’aider à trouver une place dans notre société.
Mais c’est aussi un métier exigeant, qui demande un très fort engagement personnel et ne paye pas toujours en retour pour toute l’énergie qu’on peut y apporter.
Je n’ai qu’une vie et je pense qu’il me faut désormais découvrir autre chose.
En ce moment je suis inscrit dans un atelier financé par Pôle emploi afin de réfléchir à un reclassement professionnel. J’aimerais reprendre des études ou une formation. Mon souhait serait d’exercer le métier de menuisier ou d’ébéniste. Je suis venu aujourd’hui pour chercher des renseignements sur ces métiers : en quoi consistent-ils actuellement, y a-t-il des débouchés, etc...
J’apprécie l’accompagnement dont je bénéficie car je ne me verrais pas faire cette démarche seul. Mais je me sens en transition : je quitte quelque chose (un métier, des collègues, un mode de vie, un niveau de vie) que je connais pour aller vers autre chose qui reste très flou et dans lequel je n’arrive pas à me projeter concrètement. Mon ancien métier a beaucoup structuré ma vie personnelle : mon niveau de revenu, mon temps libre, mes relations sociales professionnelles, certainement mon point de vue sur la société. Pour moi, exercer une profession reste encore un repère important pour parler de sa place dans notre société.

Franck

J’ai choisi la casquette et le cheche parce qu’ils représentent mon côté baroudeur. J’ai choisi le journal Charlie Hebdo parce qu’il représente mon côté anar.